Communiqué de presse

LOGEMENT INTERMEDIAIRE EN ÎLE-DE-FRANCE : Une étude APUR pour CDC Habitat révèle comment le logement intermédiaire facilite l’accès des classes moyennes au logement et leur redonne du pouvoir d’achat

Le logement locatif intermédiaire s’impose progressivement en Île-de-France et redonne du pouvoir d’achat aux habitants de la région et davantage de mixité sociale aux quartiers. Cinq ans à peine après la définition du statut de logement intermédiaire, l’étude de l’APUR pour CDC Habitat montre que ce type de logement se loue en moyenne 10% à 15% en dessous des loyers moyens du marché francilien, offrant aux occupants une plus grande souplesse financière. Le logement intermédiaire permet aux classes moyennes d’accéder plus facilement au parc locatif que dans le parc locatif privé, et offre tout particulièrement aux jeunes et couples (sans ou avec un seul enfant) de nouvelles solutions de logement à des tarifs très abordables.
 

Qu’est-ce qu’un logement intermédiaire ? Et combien coûte-il aux franciliens ?


Les conditions d’accès au logement intermédiaire font l’objet d’un encadrement législatif (résidence principale, conditions de ressources, plafonnement des loyers etc.). A la différence du logement locatif social, il cible en priorité les classes moyennes. Cinq ans après la création du logement locatif intermédiaire par la Loi de Finance 2014, les résultats sont très prometteurs : l’étude de l’APUR pour CDC Habitat – qui a passé en revue les données relatives à près de 1 600 logements intermédiaires en Île-de-France – montre que le loyer moyen du logement intermédiaire dans la région se situe de 10% à 15% en-dessous de la moyenne du marché.

Dans 74% des cas, il se situe même en dessous de 14€/m2 pour la région Île-de-France, et dans 60% des situations en-dessous de 16€/m2 au sein du Grand Paris. L’étude de l’APUR révèle aussi que le taux d’effort (part des revenus du ménage consacré au paiement de la quittance) se situe en moyenne à 25%, et même à moins de 25% pour plus d’un occupant sur trois (38%).
 

Qui bénéficie du logement intermédiaire en Île-de-France ?


Grâce à ses loyers raisonnables, le logement intermédiaire permet aux citoyens qui ne peuvent pas ou ont du mal à accéder au logement social de rester près des grands centres urbains où ils vivent et travaillent. Et ce particulièrement en Île-de-France où les loyers du marché traditionnel atteignent chaque année de nouveaux sommets :
- 35% des locataires des logements intermédiaires franciliens ont moins de 30 ans, alors qu’ils ne représentent que 11,7% des locataires de la région, tous logements confondus (selon l’Insee) ;
- 35% des locataires de ces mêmes logements sont des couples sans enfant, qui ne représentent que 21% des familles en Île-de-France : les jeunes ménages en bénéficient tout particulièrement, puisqu’ils constituent à eux seuls 20,7% des occupants de ces logements intermédiaires tout en ne représentant que 2,6% des familles de la région ;
- Les classes moyennes sont elles aussi fortement représentées : suivant leur niveau de ressources, 89% des occupants des logements intermédiaires franciliens se situent entre les 3ème et le 8ème déciles de la population.​

« Les 1 586 logements intermédiaires livrés depuis 2014 par CDC Habitat en Île-de-France ont prouvé leur capacité à accueillir les jeunes, célibataires ou en couple, et les classes moyennes alors que les loyers y ont atteint des niveaux très contraignants pour ces actifs, indique Yves Chazelle, directeur général du groupe CDC Habitat. Le logement intermédiaire permet à un public, non prioritaire du logement social, mais dont les ressources sont insuffisantes pour se loger dans de bonnes conditions sur le marché libre, de résider au cœur des bassins d’emploi dans des secteurs bien desservis proches des services, des équipements et des commerces. Nous avons pour objectif de livrer un total de 45 000 logements intermédiaires dans toute la France d’ici à 2028 dont 20 000 logements en Ile-de-France. Tous les territoires doivent à terme disposer de ce moyen efficace de maintenir la mixité sociale et préserver le pouvoir d’achat de leurs habitants ».
 

Le logement intermédiaire bénéficie à tous les territoires et soutient le logement social


CDC Habitat développe des programmes de construction de logements intermédiaires dans l’ensemble des zones urbaines tendues en France, pour répondre aux besoins des collectivités. Les régions AuvergneRhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-D’azur font l’objet d’une mobilisation particulière du fait de la saturation de leur parc immobilier : respectivement 5 300 et 10 500 logements intermédiaires y seront construits d’ici à 2028.  
 

CDC Habitat
Filiale immobilière à vocation d’intérêt général de la Caisse des Dépôts, CDC Habitat est le premier bailleur français avec plus de 495 000 logements. Son activité s’inscrit pleinement dans le cadre de la Banque des Territoires, créée en 2018, et couvre l’intégralité de l’offre de logements locatifs (très social, social, intermédiaire et accession), lui permettant d’offrir à ses résidents un véritable parcours résidentiel. En tant qu’acteur majeur de l’habitat en France, CDC Habitat s’attache à exercer sa mission au service du bien commun à travers une démarche de Responsabilité Sociétale d’Entreprise vis-à-vis de l’ensemble de ses parties prenantes.

www.cdc-habitat.com 

 
BANQUE DES TERRITOIRES